Moi, Azzedine Gaci, j’appelle les “Républicains” à se réveiller

Azzedine Gaci indifferentPar Azzedine Gaci.

Nous devons tous être ensemble contre les attaques à la liberté d’expression qui se répètent dans l’islam et dire non à la barbarie en France. On a remis en cause le vivre ensemble qui caractérise notre pays, la paix sociale en janvier dernier, et nous avons tendance à l’oublier. On s’est attaqué à un des principes fondateurs de notre République. Toutes les limites ont été franchies. Nous devons être soudés nous Musulmans, Chrétiens, Juifs et Athées en France contre la psychose et le drame. Nous ne devons pas céder. Notre pays doit se relever.

Depuis le drame de janvier, j’ai assisté moi, Azzedine Gaci, au sein de l’administration islamique de France à laquelle j’appartiens (UOIF/CRCM) à une radicalisation étonnante et menaçante. Beaucoup, tout en condamnant publiquement les attaques de janvier contre Charlie Hebdo et le supermarché juif, ont affirmé qu’elles étaient tout de même méritées. Amar Lasfar par exemple, que je côtoie malheureusement de près, n’a pas pu éviter un petit sourire pendant la prise d’otages du supermarché casher de la porte de Vincennes.

En tant que membre de BE de l’UOIF en charge du dialogue inter-religieux, ce genre de réaction me choque, me blesse et accapare particulièrement mon attention. Ces attentats auraient dû provoquer un soubresaut bien plus important dans notre communauté. Je suis attristé de voir que l’administration d’un organisme aussi important que l’Union des organisations islamiques de France soit présidé par Amar Lasfar, qui lui-même est président de l’association du collège-lycée Averroès, d’ailleurs très fréquenté et réputé parmi les jeunes musulmans de France, et que ce même Amar, avec qui j’ai entretenu jusqu’ici de très bonnes relations, puisse se comporter ainsi face aux autres religions.

J’étais justement au Vatican, en rencontre avec le Pape lorsque le massacre a eu lieu, comme je l’ai déclaré à l’époque dans une interview pour Libération , je me suis dit que ce que nous construisions en quelques années venait d’être détruit en quelques secondes. Mais intensifier notre dialogue est une forme de réponse à ce qu’il se passe. Il faut poursuivre cette stratégie.

J’ai la chance d’être le recteur de la mosquée Othmane de Villeurbanne, ce qui me donne l’occasion de parler beaucoup avec les fidèles, et en particulier les jeunes, à qui je tente d’inculquer un discours apaisé, et un amour d’autrui. Lorsque j’étais président du Conseil régional du Culte musulman pour la région Rhône Alpes (entre 2005-2012) et membre du CFCM, j’étais bien moins confronté à ce genre de problématique.

Même si je respecte l’islam et honore le prophète plus que quiconque, je pense qu’en France, il est important de comprendre que les lois de la République sont au-dessus de celles du culte, personnel, qui doit impérativement rester dans le cercle privé.

Je le répète, les musulmans ont un travail pédagogique à effectuer, afin que nous construisions un discours qui pacifie et réconcilie.

Si vous souhaitez me répondre, commenter ce court texte, n’hésitez pas à m’écrire à l’adresse mail suivante:
[gaci.azzedine@gmail.com]

Azzedine Gaci